LA CONDITION COLLECTIVE

vendredi 15 juin à 14h et à 19h30
Le Sirque - NEXON

parties

Infos

«Imaginée et mise en scène pour les seize jeunes élèves-comédiens de L’Académie de l’Union, La Condition Collective est une pièce où jonglage et mouvement sont au coeur de l’écriture. Par une succession de transformations, un fondu enchaîné d’états, les corps des acteurs et les objets s’agencent, entrent en contact pour former un groupe, gomment les frontières pour créer une entité qui s’agrège et se désagrège, se déploie, se répand, se rétracte, avance. »

Elsa Guérin

Genèse

Depuis septembre 2016, une aventure inédite est menée avec les étudiants en théâtre de l’Académie de l’Union (séquence 9) autour de la pratique du jonglage. 

Durant un processus de deux ans, conclu par la création d’un spectacle en juin 2018, il m’a été confiée la mission d’emmener ces étudiants à élargir leur art de l’acteur,délaissant un temps le travail du texte, pour mettre en jeu le corps sans la paroleà travers le jonglage et le travail du mouvement qui le sous-tend. 

Il était question aussi de les emmener à côtoyer une forme d’écriture plutôt non textuelle et dont la matière résulte de la pratique et de la recherche au plateau.

Pour ce travail de transmission, de recherche et de création, ma pratique du jonglage nourrie d’une certaine pratique du mouvement dansé est le fondement : basée sur la conscience du corps dans le temps et l’espace, nourrie du jonglage cubique de Jérôme Thomas (géométrisation du corps du jongleur), de la rigoureuse méthode russe, des aspects plus ludiques du jonglage moderne et d’une étude du mouvement de la coordination et du transfert de poids maîtrisé avec le chorégraphe Hervé Diasnas. 

Le potentiel à la fois chorégraphique et dramatique du jonglage etma vision de celui-ci comme rapport à l’autre, qu’il soit objet, personne, espace ou temps) seront notre cadre et notre moteur pour inventer cette pièce de jonglage pour acteurs. 

Note d’intention

Imaginée et mise en scène pour 16 jeunes apprentis acteurs, La Condition collectivesera une pièce où corps et mouvement sont au coeur de l’écriture. Par une succession de transformations, un fondu enchaîné d’états, les corps des acteurs s’agencent avec les objets pour faire corps ensemble, entrent en contact pour former un groupe, gomment les frontières pour créer une entité, qui s’agrège et se désagrège, se déploie, se répand, se rétracte, avance.

Nous explorerons comment des textes choisis - pour ce qu’ils disent du corps et de l’humain - peuvent résonner avec le mouvement, avec le jonglage, et comment ils peuvent s’insérer dans la partition sonore et musicale abstraite. Le choix des textes, d’un seul auteur ou plusieurs, se fera dans l’expérience du plateau.

Et de cette partition physique, chorégraphique, abstraite - hypnotique aussi - , où les mots deviennent matière et éclairent d’un sens poétique l’acte physique, nous laisserons advenir la métaphore du drame humain, la dimension dramatique, le thème de la condition collective, du groupe. Ce qui peut se raconter par le rapport des corps et de leur tension avec les objets dans l’espace et dans le temps, entre lenteur, postures immobiles, éloignement, proximité, contact, accélération fulgurante, harmonie, ou désordre.

Une pièce qui parle aussi de la jeunesse, celle de ses interprètes, comme une mise en abime, une métaphore de leur aventure collective au sein de l’école. 

Ecrire pour et avec un groupe de 16 acteurs est une occasion d’élaborer une représentation du monde, au delà de la relation duelle que j’ai longtemps questionner. C’est une possibilité multipliée de travailler sur les présences, les corps, les humains, ressemblants mais différents, travailler sur la répétition, la dimension sérielle d’inscription des signes dans un espace, capables de représenter, sans personnage, sans narration, mais capable d’élaborer une représentation du monde. 

Elsa Guérin

 

En partenariat avec